La « scène skate bordelaise » : actrice majeure de l’intégration à l’espace public (BAPTISTE POINTILLART

Baptiste Pointillart est docteur à Bordeaux , dans le cadre de Sociétés, Politique, Santé Publique , en partenariat avec Laboratoire Cultures et Diffusion des Savoirs (laboratoire).

Retrouvez sa communication en intégralité.

Dans le cadre de cette communication nous souhaitons présenter les résultats de notre enquête de terrain que nous avons menée à Bordeaux dans le but d’interroger la notion de scène, habituellement utilisée par les artistes, et théorisée par la sociologie de la musique, et d’apprécier sa pertinence dans le champ du skateboard. Peut-on parler de « scène skate » comme on parle de scène punk ou de scène métal ? Et dans quelle mesure ce transfert épistémologique est-il heuristique ? Comment adapter ce concept de la musique vers le skate ?

Notre étude repose sur un riche matériau archivistique (dépouillement des bulletins municipaux de Bordeaux, des dossiers du secrétariat général des élus locaux et collecte d’archives privées) et sur des enquêtes ethnographique (observations anonymes et participantes ; entretiens semi-directifs avec vingt-cinq skateurs[1] bordelais, trois adjoints au maire[2] et quatre directeurs de services municipaux[3]).

Enquête de terrain : la politique d’intégration du skateboard à Bordeaux

La médiation d’un conflit d’usage par la municipalité

Pour nous concentrer sur l’adaptation du concept de « scène », nous ne pouvons détailler ici toute la complexité de la situation bordelaise, mais il semble important d’en préciser les grandes lignes.

Après la rénovation d’une place centrale de la ville en 2004, la place Pey Berland, un conflit d’usage apparait entre riverains de cette dernière et pratiquants de skateboard qui en apprécient le revêtement roulant, les bancs en granit et la centralité.

À partir de 2012, plusieurs riverains interpellent régulièrement les élus locaux pour faire part des nuisances sonores générées par les skateurs et leur demander l’application de l’arrêté municipal du 7 janvier 2004 interdisant le « skate-board » sur cette place[4]. En 2013, les policiers municipaux sont sommés de procéder à la verbalisation des usagers ne respectant pas l’arrêté afin de contenter ces riverains, base électorale de l’administration d’Alain Juppé. De nombreuses contraventions sont dressées à l’encontre de pratiquants notamment entre 2015 et 2016, mais les nuisances sonores occurrent alors davantage de nuit, après les heures de service de la police municipale. Un jeu de dupe s’installe entre forces de l’ordre et skateurs durant plusieurs mois ce qui est ouvertement critiqué sur un plateau télévisé régional[5] en septembre 2016 par skateur professionnel renommé de la ville, Léo Valls. En réponse, les élus organisent une réunion de médiation entre riverains et skateurs le mois suivant.

Pour réaliser cette réunion, les élus invitent les principaux acteurs économiques du skateboard : propriétaires de magasins spécialisés, directeurs d’entreprise[6] de matériel et prêt-à-porter, photographes et pratiquants professionnels.

La médiation aboutit à une première mesure proposée par les skateurs : la mise en place d’horaires autorisés pour la pratique du skateboard sur la place Pey Berland.

L’application de cette expérimentation montre l’organisation d’un réseau dense entre les acteurs économiques et culturels du skateboard à Bordeaux. Léo Valls est sur le terrain pour rassurer les riverains et faire comprendre aux skateurs l’importance de respecter les horaires, puis des jeunes en service civique employés par une association locale[7] prennent le relais. Les informations diffusées sur les réseaux sociaux sont reprises par l’ensemble des acteurs économiques et culturels locaux du skate pour faire réussir cette expérimentation. Cette initiative permet à la municipalité d’identifier les acteurs influents au sein de la communauté des skateurs et de choisir leur interlocuteur privilégié : Léo Valls. Mais ce dernier mobilise l’ensemble du réseau d’acteurs locaux pour favoriser l’intégration du skate à Bordeaux.

Chronologie de l’intégration du skate-board à Bordeaux (Baptiste Pointillart)

D’une intégration culturelle à l’intégration urbaine

Une exposition préparée par le centre d’architecture Arc-en-rêve[8] avant les premières réunions entre riverains et skateurs se déroule quelques mois après le début de l’expérimentation. Intitulée « Landskating Anywhere », elle fait office de médiation culturelle en souhaitant « faire connaître et reconnaître le skate dans sa dimension culturelle et artistique »[9]. Cela permet de mettre en avant la complexité de la pratique du skateboard à un large public[10] grâce à l’aura de l’institution qui accueille cette exposition et de lutter contre les représentations d’une pratique uniquement anticonformiste pour rassurer les riverains.

Puis, la saison culturelle 2019 offre une carte blanche à Léo Valls qui imagine un parcours ludique d’œuvres skatables dans la ville. Les modules sont fabriqués par l’association La Brigade Darwin (créatrice et gérante du skatepark indoor), les graphismes et les modules sont dessinés par Nicolas Malinowsky, le budget et l’installation sont gérés par l’association Board’O et la promotion est assurée par DC Shoes[11] et Magenta[12]. La répartition des tâches entre différents acteurs économiques et culturels locaux illustre la densité du réseau qui existe dont Léo Valls est le centre.

Fort de cette aura et des nouvelles relations avec les élus locaux, Léo Valls[13] propose à la municipalité un plan d’intégration urbaine du skateboard pour l’ensemble de la métropole de Bordeaux. Le schéma de cohérence territoriale (SCoT) prévoit des projets d’aménagement visant à créer des espaces partagés entre skateurs et autres usagers, dont seize sont approuvés par les élus en février 2019.

Tentative de définition d’une « scène skate bordelaise »

Le concept de « scène musicale »

Avant d’être un concept d’analyse sociologique, ce terme de « scène » est utilisé par les musiciens pour mentionner l’ensemble de l’univers qui gravite autour de la production musicale : musiciens, public, lieux, fanzines, organisateurs… Ce n’est qu’a posteriori que la notion est conceptualisée par des sociologues britanniques.

Le concept est issu des analyses sociologiques des Cultural Studies de l’université de Birmingham. Au sein de ce centre des sociologues, comme Stuart Hall[14], étudient les musiques populaires et y développent la notion de subculture analysant le style vestimentaire, les rituels, les coiffures et les textes qui seraient une forme de rejet de la culture dominante.

L’analyse structuraliste et marxiste de ces groupes ne semblent plus perspicace autour des années 1990 en raison de leur évolution post-moderne qui rend leurs contours fluctuants, on parle alors fréquemment de « post-subculture[15]» dans la littérature anglo-saxonne. Dans ce contexte, se déploie la notion de « scène » notamment par Will Straw[16] et Andy Benett[17] qui reprennent ce terme déjà utilisé par les acteurs des musiques populaires et les chroniqueurs du rock pour rompre avec l’idée d’une culture dominante prédéfinie ou identifiable afin de privilégier l’analyse de ces acteurs et leur organisation interne sur un territoire en montrant leur influence dans les mutations culturelles, sociales et politiques. Les chercheurs post-CCCS insistent également sur l’importance de l’enquête dans leurs recherches.

En France, Gérôme Guibert reprend cette notion de « scène musicale » qui est à la fois géographique et artistique : il s’agit de scènes qui se « structurent autour d’un territoire balisé […] par des institutions publiques et privées » mais cela peut aussi représenter « une orientation stylistique »[18]. Exemples : la scène punk ; la scène hardcore…

Pour résumer, le concept de « scène musicale » définit un réseau d’acteurs culturels liés entre eux, capable de mobiliser l’attention d’autrui par sa créativité et ses production locales, mais surtout capable de s’auto-suffire, de se structurer et de diffuser une forme de culture[19].

Adaptation au champ du skateboard à Bordeaux

Quel intérêt à adapter le concept de scène au champ du skateboard ?

Notre travail cherche à analyser l’univers du skate et les rapports entretenus avec la mairie. Or le manque de fédéralisme complique la tâche des élus[20] qui se heurtent à une multiplicité d’acteurs. Pourtant on constate une forme de cohésion relative et fluctuante entre les acteurs qui se connaissent, partagent des projets, des références culturelles et partagent aussi des sessions de pratique.

Notre but est d’identifier une notion permettant de conceptualiser les liens entre ces différents réseaux et qui aurait un intérêt heuristique pour être davantage compréhensible lors de la présentation de nos travaux.

Plusieurs arguments nous semblent favorable à la transposition du concept de « scène musicale » au champ du skateboard :

  • De même que pour le champ musical, ce terme est déjà employé par la presse spécialisée et généraliste.
    • La pratique du skateboard est ostentatoire par son implantation dans des lieux publics parfois non adaptés ou même interdits, ce qui correspond à une réelle mise en scène[21].
    • La notion de scène implique une forme de sélection : tous les amateurs de musique ne montent pas sur scène, il faut une forme de reconnaissance par les pairs ou par l’industrie. Là nous marquons une distinction avec le champ musical : dans la notion de scène musicale, les acteurs d’une forme de production sont davantage identifiables tandis que pour le skateboard tous les pratiquants sont producteurs de figures, mais tous n’ont pas d’influence sur leur territoire. Ainsi, il s’agit de pouvoir définir quels sont les acteurs influents.
    • Le concept de scène accorde une importance à la dimension spatiale pour l’analyse du réseau culturel : le skateboard se prête parfaitement à ce prisme d’analyse territorialisée de l’échelle du spot à celle de la métropole.
    • Ce concept fait partie des analyses post-subculturelles or le skateboard n’est plus analysé selon une dimension subculturelle ou contre-culturelle, les études actuelles favorisent un nouveau prisme d’analyse suite à l’incorporation de cette pratique dans le paysage mainstream[22].
    • Enfin, l’influence de la culture musicale alternative (punk, rock, métal, puis rap) sur la culture skate renforce les liens entre les deux champs[23].

Nous pourrions ainsi proposer une définition de la scène skate : réseau des acteurs influents auprès des pratiquants qui offrent également une visibilité à la pratique concernée par leur investissement/engagement.

Conclusion

Les réseaux de skateurs manquent d’unité fédérale, mais ils participent à une forme de développement de la pratique grâce aux liens qui les rattachent. Cela est mis en lumière à Bordeaux par la médiation et le schéma directeur d’intégration du skate à l’espace urbain. La notion de « scène skate » locale pourrait permettre d’appréhender plus aisément la diversité et la fluidité des acteurs influents dans le domaine du skateboard à l’échelle locale, c’est en tout cas l’hypothèse que nous souhaitons soumettre à la discussion.

Dans ce sens, si le concept de scène musicale peut sembler transposable au champ du skateboard à condition d’être vigilant sur la définition des « acteurs » de la production locale ; nous pourrions également interroger la notion des « mondes de l’art » d’Howard Becker[24], laquelle porte moins de considération à l’aspect territorial.

Bibliographie

Beal, B., & Weidman, L. (2003). Authenticity in the Skateboarding World. In To the Extreme : Alternative Sports Inside and Out (p. 337‑352). State University of New York Press.

Becker, H. S. (1988). Les mondes de l’art (J. Bouniort, Trad.). Flammarion.

Bennett, A., & Peterson, R. (2004). Introducing Music Scene. In A. Bennett & R. Peterson (Éds.), Music Scenes, Local, Translocal and Virtual (p. 1‑16). Vanderbilt University Press.

Fuchs, J., & Augustin, J.-P. (2014). Introduction. Agora débats/jeunesses, 68(3), 55‑60.

Goffman, E. (1996). La présentation de soi. Ed. de Minuit.

Guibert, G. (2019). La notion de scène locale : Pour une approche renouvelée de l’analyse des courants musicaux. In S. Dorin (Éd.), Sound Factory (p. 93‑124). Éditions Mélanie Seteun.

Hall, S., & Jefferson, T. (1976). Resistance through rituals : Youth subcultures in post-war Britain. Hutchinson.

Hein, F. (2012). Le DIY comme dynamique contre-culturelle ? : L’exemple de la scène punk rock. Volume !, 9 : 1, 105‑126.

Kaiser, M. (2009). Le Concept de « scène ». Entre activité artistique locale, réseau stylistique global et vie sociale urbaine. 2.0.1 Revue de recherche sur l’art du XIXe au XXIe siècle.

Straw, W. (1991). Systems of articulation, logics of change : Communities and scenes in popular music. Cultural Studies, 5(3), 368‑388.

Thorpe, H., & Wheaton, B. (2011). ‘Generation X Games’, Action Sports and the Olympic Movement : Understanding the Cultural Politics of Incorporation. Sociology, 45(5), 830‑847.

Wheaton, B. (2007). After Sport Culture : Rethinking Sport and Post-Subcultural Theory. Journal of Sport and Social Issues, 31(3), 283‑307.


[1] Ces pratiquants sont ou furent tous impliqués dans une activité économique, culturelle ou sportive en lien avec le skateboard (sponsoring, compétiteur, magasin spécialisé, photographe, membre d’une équipe ou d’un club).

[2] Adjointe aux sports, adjoint à la tranquillité publique et adjointe du quartier centre.

[3] Directeur du service des sports, directrice du service de l’urbanisme et deux directeurs successifs de la police municipale.

[4] Arrêté municipal n°2004-00080, 7 janvier 2004, ville de Bordeaux.

[5] France 3 Aquitaine

[6] La marque Magenta

[7] L’association Board’O a pour objectif de promouvoir la pratique du skateboard.

[8] Au sein du musée d’art contemporain de Bordeaux.

[9] Dépliant de l’exposition.

[10] Record d’affluence pour Arc-en-rêve avec 30 000 visiteurs.

[11] Par l’intermédiaire de David Manaud : photographe et manager de la Team DC Shoes France, figure historique du skate à Bordeaux.

[12] Marque de renommée internationale installée à Bordeaux.

[13] En tant que conseiller technique de l’entreprise Dedication.

[14] Hall, S., & Jefferson, T. (1976). Resistance through rituals : Youth subcultures in post-war Britain. Hutchinson.

[15] On trouve également le terme de post-CCCS.

[16] Straw, W. (1991). Systems of articulation, logics of change : Communities and scenes in popular music. Cultural Studies, 5(3), 368‑388.

[17] Bennett, A., & Peterson, R. (2004). Introducing Music Scene. In A. Bennett & R. Peterson (Éds.), Music Scenes, Local, Translocal and Virtual (p. 1‑16). Vanderbilt University Press.

[18] Guibert, G. (2006). La production de la culture : Le cas des musiques amplifiées en France : Genèse, structurations, industries, alternatives. Éditions Mélanie Seteun.

[19] Hein, F. (2012). Le DIY comme dynamique contre-culturelle ? : L’exemple de la scène punk rock. Volume !, 9 : 1, 105‑126.

[20] Mais également le travail des chercheurs.

[21] On pourrait également faire référence aux travaux d’Erwing Goffman.

[22] Thorpe, H., & Wheaton, B. (2011). ‘Generation X Games’, Action Sports and the Olympic Movement : Understanding the Cultural Politics of Incorporation. Sociology, 45(5), 830‑847.

[23] Il existe très peu d’études scientifiques sur les relations entre le skateboard et le punk et pourtant il semble que les deux univers se soient nourris l’un l’autre comme peut le prouver l’existence du genre musical « skate punk ».

[24] Becker, H. S. (1988). Les mondes de l’art (J. Bouniort, Trad.). Flammarion.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.